Humanisme et écologisme sont logiquement incompatibles car, alors que l’humaniste essaye de rendre l’environnement bon pour l’humanité, l’écologiste veut rendre l’humanité bonne pour l’environnement sur base du credo en la valeur intrinsèque de l’environnement.


Nombres de penseurs écologistes ont relevé cet antagonisme, soit directement, soit à travers l’anthropocentrisme politique.


Car si, sur le plan métaphysique, quantité de philosophies religieuses ou agnostiques – darwinienne par exemple – ont rejeté l’anthropocentrisme avec raison, la marque de tout humanisme est d’être politiquement anthropocentriste.


Parmi les penseurs écologistes ayant exprimé leur anti-humanistes le plus clairement, relevons David Ehrenfeld et Lord Northbourne.