Peter Morrison Vitousek, né à Hawaïen 1949, est un écologue américain, auteur du chapitre 20 de Biodiversity.

Il y analyse le question du paradoxe de la biodiversité pour son archipel natal. Intitulé Diversité et invasions biologiques des îles océaniques, la perception du problème y est celle d'une agression. Et la réponse doit être celle d'une résistance. Vitousek note que le fait que les invasions biologiques diminuent la diversité est un paradoxe, puisque les espèces étrangères augmentent le nombre d'espèces sur une île, parfois de manière spectaculaire. Cependant ces espèces sont rarement des espèces en danger d'extinction globale, alors que sur les îles nombre d'espèces sont endémiques, mises en danger de disparition par les nouvelles venues. Ce faisant, il prend fermement partie pour la diversité globale contre la diversité locale.

Avec les époux Ehrlich et Pamela Matson, il a produit une étude sur l'appropriation des produits de la photosynthèse par l'humanité, estimée à presque 40% de l’énergie fixée par la biosphère, respiration des producteurs primaires déduites, dont Birch dit qu'elle n'a jamais été contestée. D'entrée, le mot appropriation du titre indique l'humeur culpabilisante des auteurs, qui ouvrent l'article en affirmant qu’Homo Sapiens, qui n'est qu'une parmi cinq à trente millions d'espèces sur la planète, en contrôle une part disproportionnée des ressources.